Algérie

Algérie

Promesses non tenues

Peu après sa réélection en avril 2014, le président Bouteflika déclarait lors de la Journée mondiale de la liberté de la presse : « Je ne ménagerai aucun effort pour consolider et étendre la liberté d’expression »
Pourtant, pressions directes et indirectes n’en finissent pas de s'abattre sur la presse indépendante. Le retrait soudain de plusieurs annonceurs publicitaires sous pression et la chute conséquente des recettes publicitaires de quotidiens critiques envers le pouvoir algérien, tel El Watan participent à l'étouffement des médias libres. En outre, le contrôle des circuits d'impression et de diffusion par l’Etat peuvent amener à la censure de certains quotidiens comme El Fajr, interdit d'imprimer pendant un mois en 2014. Autre faits marquants : la fermeture des chaînes El Djazaira TV et El Watan TV en avril et octobre 2015 et la condamnation en appel de Djehiche Tahar en novembre pour un dessin dénonçant l’exploitation du gaz de schiste au Sahara dans lequel il caricature le Président.

129
au classement 2016 de la liberté de la presse

Ranking

-10

119 in 2015

Global score

+5,06

36,63 in 2015

  • 0
    Journalistes tués in 2018
  • 0
    Collaborateurs tués in 2018
  • 0
    Net-citoyens tués in 2018
Go to the barometre