نروژ

نروژ

Un « sans faute », ou presque

Dès 1814, l’article 100 de la Constitution avait posé les jalons de la liberté de la presse dans le pays. Aujourd’hui, les médias du pays sont libres et les journalistes ne subissent ni censure ni pressions politiques. La violence à l’égard des journalistes et des médias est rare, bien que, ces dernières années, certains d’entre eux aient subi des menaces émanant de fondamentalistes islamistes. Le Media Ownership Act, loi anti-concentration adoptée en 1997 qui interdisait aux grands groupes de presse de posséder plus de 40 % des capitaux de chaque chaîne de télévision, radio, ou journal, jugé trop peu dynamique au regard de l’évolution rapide du paysage médiatique a été aboli en 2016 au profit d’un texte sur la transparence de la propriété des médias moins restrictif en matière de concentration et régi par la loi sur la concurrence. L’autorité norvégienne des médias (Mediatilsynet) et l’autorité de la concurrence doivent travailler de concert afin de s’assurer de la diversité du paysage médiatique norvégien. Le nouveau gouvernement de coalition, dirigé par les conservateurs, a réduit les subventions globales à la presse lorsqu'il a présenté son nouveau budget en octobre 2017. Un manque à gagner crucial pour les journaux à faible tirage ou les titres régionaux dans un environnement de plus en plus concurrentiel. En juin 2017, l'Institut national norvégien pour les droits de l'homme a critiqué le nouveau code de procédure pénale du gouvernement estimant qu'au lieu de renforcer la protection des sources il ne précisait pas assez clairement dans quelles conditions la police pouvait porter atteinte au secret des sources.

1
در رده‌بندی جهانی ازادی رسانه‌ها در سال 2019

رده‌بندی جهانی ازادی رسانه‌ها

0

1 به 2018

شناساگر عمومی

+0.19

7.63 به 2018

  • 0
    روزنامه‌نگار در 2019
  • 0
    شهروند خبرنگار در 2019
  • 0
    همکار رسانه‌‌ها در 2019
بیشتر شماره‌گر